B9717666408Z

img_9903

Réalisatrice : Kita Bauchet.

Documentaire 60 minutes.

2018

Appréciation personnelle : **(*)

" Les Marolles, au cœur de Bruxelles. 

 Près de 65 ans après son inauguration, « les Bains de Bruxelles » offrent toujours deux bassins de natation et des douches publiques aux habitants de ce quartier populaire. Des personnes d’âge, d’origine et de classe sociale différentes y trouvent un lieu de ressourcement et d’apaisement. 

 Illustration d’un melting pot où les gens s’entraînent, se lavent, se parlent, se rencontrent. Un film tourné exclusivement dans l’enceinte de la piscine et de ses environs, où sensations, impressions, situations nourrissent une vision en apparence égalitaire mais qui va se révéler bien plus complexe. " (Cinergie.be)

Sur la place du Jeu de Balle où se tient le Vieux Marché (brocantes de toutes sortes), dans le quartier des Marolles - le Montmartre bruxellois - populaire et métissé mais aussi devenu très branché aves les rues Blaes et Haute où s'alignent les boutiques vintage (déco et fringues), les brocanteurs, les antiquaires et autres snacks et restos fréquentés, se trouve l'une des piscines de Bruxelles faisant partie du patrimoine de la ville avec son architecture "paquebot", véritable lieu de vie et de rencontres avec au rez-de-chaussée les bains et douches publiques (que j'ai utilisées une fois il y a très longtemps par curiosité !), au 1er étage la petite piscine réservée aux premiers ébats des plus jeunes où on les habitue à l'eau et à y effectuer leurs premiers mouvements, au 3ème étage la grande piscine avec vue sur le quartier.

Je ne pouvais pas rater ce documentaire puisque c'est là que j'ai appris, sur le tard - la soixantaine passée - à apprendre à nager et à évacuer ma peur de l'eau. Je n'ai raté aucun cours mais j'avoue qu'au début ce ne fut pas facile !

La réalisatrice a bien su capter toutes ces rencontres, ces moments de vie. Pénétrer dans l'enceinte d'une piscine, c'est se transporter ailleurs, autre univers en parallèle avec l'extérieur mais comme plus libre de ces mouvements et, lorsque l'on s'est familiarisé avec l'eau, de s'y glisser avec aisance et légèreté. L'étrangeté des sons et des odeurs !

Les cadrages magnifient le décor, les plans larges sur Bruxelles et le quartier permettent de se rendre compte parfaitement de l'ancrage du bâtiment.

bains-publics-1