5116340

Levan+Akin+Then+Danced+Photo+Call+15th+Zurich+A-bPsXqlyOkl

Réalisateur : Levan Akin

Acteurs : Levan Gelbakhiani, Bachi Valishvili, Ana Javakisvili, Tamar Bukhnikishvili, Kakha Gogidze, Giorgi Aladashvili, Marika Gogichaisvili, Levan Gablava

2019

Appréciation personnelle : ***

A l’origine du film, il y a ce jour de mai 2013. Levan Akin, alors de passage à Tbilissi, est témoin d’un déchainement de violence dirigé contre les jeunes gens réunis à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie. Le rôle trouble de l’Église orthodoxe dans ces attaques décide le jeune réalisateur à s’attaquer à la question des droits des personnes LGBT dans son pays d’origine, la Géorgie." (Culturepoing)

Le cinéaste né en Suède mais d'origine géorgienne embrasse dans son film plusieurs sujets qui dépeignent peut-être d'une manière convenue, mais honnête, l'état d'esprit qui règne en Géorgie et le quotidien de deux mondes qui se côtoient et qui ne se comprennent pas.

Les anciens encore sous influence russe et les jeunes qui rêvent de s'émanciper et qui lorgnent vers l'Ouest grâce aux réseaux sociaux parvenant à vivre une certaine liberté dans leurs goûts et leur manière d'être.

Il évoque le tabou de l'homosexualité lorsque Merad tombe amoureux du nouveau venu Irakli dans l'Ensemble National Géorgien. L'homosexualité décriminalisée en 2000 mais reste très discriminée.

Les danses géorgiennes sont musclées, viriles, pleines d'énergie, représentent la tradition et ne supposent aucune féminité chez le danseur masculin c'est pourquoi lors de la dernière scène du fim, magnifique, Merab s'offre le luxe d'une audace, d'une rébellion, d'une impertinence assumée en s'appropriant de façon moderne sa dance et affirme sa liberté !

Excellent casting même dans les rôles secondaires et les deux rôles principaux sont tenus par deux jeunes gens pour lesquels on ne peut ressentir qu'une vive empathie.

De plus la curiosité d'un quotidien différent de chez nous mais une jeunesse qui aspire à plus de légèreté et de liberté.

Très étonné qu'un media ait évoqué "Girl" de Lukas Dhont (2018) au sujet de ce film sans doute pour booster sa sortie alors que les deux films n'ont aucun point commun si ce n'est de parler de la différence !

Le film représente la Suède pour l'obtention de l'Oscar pour le meilleur fim étranger ce qui ne signifie pas qu'il puisse se retrouver dans les cinq finalistes choisis.

" Les mouvements des danseurs doivent être empreints de dureté et véhiculer une masculinité sans équivoque, les jeunes danseuses sont censées garder les yeux baissés et exprimer une forme de candeur virginale. " (Culturepoing)

 La dernière séquence du film constitue un beau pied de nez à une société présentée comme rétrograde et cadenassée. Le jeune héros s’offre en spectacle et transgresse tous les interdits à travers une scène de danse d’une audace libératrice, premier acte d’affirmation d'une identité enfin assumée." (Culturepoing)

L'équipe a demandé son aide au prestigieux Sukhishvili Ensemble mais ce dernier a refusé car il estime que l’homosexualité n’existe pas dans la danse géorgienne. Le responsable du corps de ballet a ensuite appelé tous les autres corps de Géorgie pour les avertir, sabotant le travail de la production qui a dû travailler dans le secret, protégée par des gardes du corps. "  (Allociné)

 

.5661875

5619754

5633794

5647834