MV5BMjEwNjI1OTQ5NF5BMl5BanBnXkFtZTYwNDA4ODA1

MV5BNWQ3NmM2M2ItNjNkZi00MTU4LTgyMDAtMGU4YTlmMzllNGFiXkEyXkFqcGdeQXVyMTc2ODY4NQ@@

Réalisatrice : Patrice Toy

Acteurs : Tijmen Govaerts, Filip Hellemans, Julia Brown, Line Pillet, Ina Geerts

2020

Appréciation personnelle : ++++

Le cinéma flamand (le film est co-produit avec la Hollande) ne s'exporte pas suffisamment en région francophone du pays et en France (hormis "Girl" de Lukas Dhont). On n'en fait pas beaucoup de pub non plus et Bruxelles a la chance d'être une ville où ils sont diffusés.

C'est un cinéma qui puise dans des scénarios originaux, forts, et dont l'âpreté peut se conjuguer avec une certaine sensibilité.

Très personnels aussi, les films flamands nous proposent des atmosphères à l'état brut, regard direct, frontal, rien ne nous est épargné des aléas de la vie !

Truculents, violents parfois, d'un romantisme moderne aussi comme peut l'être la vie, surréalistes comme l'est souvent la Belgique !

En musique nous avons Arno et son univers, poésie urbaine !

La réalisatrice, originaire de Gand, s'attache à un sujet tabou, difficile, celui de la pédophilie qu'elle se propose d'étudier non à travers la perversion mais par le biais de la maladie.

Jonathan sort de prison pour un méfait qui ne nous est pas révélé, faute de preuves. On se doute que ce fut à cause de son intérêt pour les petites filles.

Il retourne vivre chez sa mère désireux de tout faire pour lutter contre son attirance, maîtriser ses pulsions.

Solitaire, renfermé, il se donne des possibilités pour effacer de lui ce qui le détruit.

Elke, 9 ans, vit près de chez lui avec sa mère qui s'occupe peu d'elle. Spontanée, pas timide, elle voit en Jonathan la possibilité d'être moins isolée, un ami, une protection de grand frère.

Elle tente de s'inscruter dans sa vie alors que Jonathan essaie de maintenir la distance et le bon équilibre !

Réalisé avec beaucop d'intériorité, de finesse, de justesse, un film douloureux porté par un acteur de 25 ans à l'allure encore adolescente (Tijmen Govaerts) qui habite tellement son personnage que le spectateur souffre avec lui, de cette part de lui dont il craint de ne jamais pouvoir se débarrasser !  Interprétation à la fois subtile et puissante et très intérieure ! Sans oublier la petite actrice, jeu naturel et très touchante.

Le décor accroît cette impression d'oppression, d'enfermement, d'isolement. Un petit immeuble moderne, perdu au milieu de nulle part, au bord d'un canal d'un côté, des dunes de l'autre et la mer que l'on sent tout près.

La fin est ouverte, je l'aurais aimée plus précise mais respect au désir de la cinéaste et au spectateur de laisser parler son imagination !

Un vrai film d'auteur dont le succès n'attirera pas, je le crains, le grand public malgré les bonnes critiques !

Il me reste dans le coeur et l'acteur aussi !

 

B9722388828Z

 

muidhond

MV5BNDJhMWQ4MTAtZTlmZi00MmRiLThiOWQtMWI5YWQ0MThmMzYxXkEyXkFqcGdeQXVyNTMwMjQ0MTQ@

 

muidhond

muidhond

muidhond

muidhond

muidhond